Portail de la Poésie et de la Culture
 
 

Mot d’amour toujours à l’ombre prisonnier

 
samedi 14 février 2009.

Quand la nuit s’efface et que je passe
Quand le mot de passe efface tous les regrets
Quand le jour se lasse de se vouloir parfait
Quand le fait est là
Comment penser s’effacer

Nul regret de dire mes pensées
De danser tendrement enlacé
Des mots qui croisent et qui décroisent
Mes idées

Mots enchevêtres dans une toile d’araignée
Mots d’amour tendrement nichés
Mots qui passent sans jamais se défiler
Et pourtant si un instant
J’ai saisi le mot élancé
Une volute en forme de baiser
Qui subrepticement voulait se cacher

L’insolent voulait t’embrasser
Embrasser ton rire aux couleurs d’été
Ironique et frais comme la rosée
Contourner les rives éloignées
Accrocher le corail qui frémissait

Enivré par la douceur de l’instant
Le mot je crois s’est finalement
posé à tes pieds
Comme un sceau sur une lettre adorée
et s’est endormi sans l’ombre d’un regret.

Mot d’amour toujours à l’ombre prisonnier
Du bonheur de toujours t’adorer.

@morjane